La fabuleuse existence de Monsieur Le Porc

Monsieur le porcin,

Né de truie « faite pour ça »,

N’eut pas droit au purin,

Ni à la vue d’aucun bois.




A sa naissance il tomba

Sur le béton de ses pairs,

Aveugle des parois

Cellulaires de sa mère.



Plus tard,  porcelet,

Il coloria d’insouciance

Ses années de lait

Aux  couleurs de l’innocence,




Quand vint l’âge du déjà,

Engeôlé tel ses voisins,

En aventure il transforma

Le moindre petit grain.




Par certains, jugé simplet,

Ou par d’autres, juste débile…

De son âme émanait

La carence de l’inutile.




Et, dans les cris de l’abattoir,

Il ria de sa farce,

Préparant de mémoire

Sa plus laide grimace.



L’important n’est pas sa vie,

Mais la façon de la vivre.

Retour